dimanche 27 juin 2010

Kick-ass


D’une légèreté comique, d’un gore burlesque, d’un cynisme ahurissant, et d’une violence hors-norme, Kick-Ass s’affiche au sommet des films Marvel.

D’un un style proche de Sin City ou The Spirit, il abandonne pourtant le traitement d’images artistique pour une image ordinaire – et moins nette que les blockbusters 2D/3D sortis ou à venir...
La force du film réside dans son côté sans tabous et faux-semblant. Les acteurs ne sont pas des tops-model, l’image n’est pas retouchée. Chose rare dans un film américain grand-public : il y a des obèses.
Cependant, il n’est pas réaliste, et il se l’interdit. En intensifiant très largement la cruauté du monde et en rendant la violence burlesque, comme le massacre au Katana sur un air enfantin, il balaye le réalisme pour offrir un divertissement sans garde-fou qui peut faire dégouter de la violence cinématographique.


2 commentaires:

  1. critique pas mauvaise ...

    Slevin 48
    Zi ciné ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, je ne fais pas des pages et des pages, comme certains. :)

    RépondreSupprimer