mardi 31 mars 2009

Sentimentalisme...


Après la tactique "Draguer une fille sur msn pour les nuls", qui comporte plusieurs points forts tels que :
1- la facilité.
2- la facilité.
3- la facilité.
(le clavier est devenu le glaive du charmant chevalier)
De nouvelles techniques sont apparues grâce aux Blogs et à Facebook. L'avantage, avec ces deux derniers outils, est que l'interaction est encore moins dynamique que sur msn, on peut donc peaufiner son texte un peu plus. Ce qui a engendré, malheureusement je dois le dire, une poésie et un sentimentalisme très spéciaux, dans les limites de la parodie.

En m'inspirant de poèmes vus sur d'autres Blogs, je vous compose un bel exemple, un billet, où l'âme torturé du blogger en quête d'Amour éponge les cristaux liquides de ton écran pompeusement :

Tu me nargues, dansant autour de moi,
comme un papillon autour d'une flamme.
tes amples ailes caressent mon âme,
tu me harcèles dans mon désarroi.

J'essaie de te suivre sous les étoiles,
mais tu restes toujours aussi insaisissable.
Alors que de folie ma passion me voile,
tu t'arrêtes et te tournes vers moi, affable.

Tes yeux me dévisagent sous des larmes,
je fais de même, je suis sous ton charme.
D'un sourire de gratitude, tu me tends une fleur,
aussi rose que ta peau, elle m'agrippe le cœur.

Ton esprit m'enlace de ses lianes souples,
puis tu te retires, tu délaisses ce couple,
à peine formé, il regagne l'état du rien
ton corps ardent ne brûlera jamais le mien...

Ce n'était encore qu'un simple rêve,
je n'ai toujours pas réussi à te trouver.
L'Amour insatiable qui coule dans ma sève,
ne se reposera donc jamais en sécurité.

Composé par FL.
(ceci est une parodie écrite en écoutant le Requiem de Mozart (Oh ! Putain con ! Tout est possible, hein !))

Remarquez bien l'emploi de certains mots et expressions qui ne servent qu'à faire joli, comme :
- "sous les étoiles", (précision inutile, c'est juste pour créer un semblant de romantisme)
- flamme, ardent, brûler, (plus c'est chaud, mieux c'est)
- âme, esprit, (dès qu'il y a une personnification de sa conscience (déjà personnalisée par définition), c'est cool)
- fleur, rose, enlacer, lianes, (les fleurs, c'est chouette aussi)
- yeux, (il est très important de parler du regard)
- sourire, (idem)
- amour, passion, (tout le monde kiff ces deux mots)
- rêve, (qu'il est mignon...)
- etc, ...

Voilà, c'est fini pour aujourd'hui, au revoir.

4 commentaires:

  1. j'aime bien ton article c'est marrant de se foutre un peu de la gueule des autres. Ah oui nous sommes tous de grands poetes ! Mais bon c'est un peu du vu du revu et du rererererevu tout tres cliché ca passait bien il y a quelques siecles (et j'en sais quelque chose pour avoir comparé de nombreux siecles d'ecritures) mais faut dire ce qui est aujourd'hui c'est un peu depassé et le dire sans vraiment comprendre ce qu'on ecrit est bien mignon mais bon un peu vide aussi. c'est pour ca d'ailleurs qu'on a crée la poesie surrealiste, encore plus bizarre a comprendre ! Mais a force d'avoir tout ecrit faut bien s'orienter comme on peut !

    RépondreSupprimer
  2. Oui, du vu et revu !

    C'est une petite critique assez ludique qui montre que je trouve déplorable de voir que, au lieu de s'exprimer comme on le sent, on s'attache à de vieux préjugés, à de vieux styles d'écriture qui ne nous correspondent pas forcément. Et pourquoi ? Parce qu'on les a étudiés au Collège ? Pff...

    Franchement, de voir ce même style sur plusieurs blogs prouve bien que ce n'est pas de la poésie, mais une parodie de l'image que l'on se fait de la poésie.

    Composer poétiquement ne veut pas dire "écrire un poème comme j'en ai vu ailleurs", mais "trouver son propre caractère d'écriture, l'assumer, et le maquiller d'un fard qui nous correspond pour le rendre attrayant, artistique, et profond". Et cela donne encore une grande diversité, même après plusieurs siècles d'écriture.

    Tout le monde serait poète s'il suffisait de faire le copier/coller d'un style. Malheureusement la vraie poésie est beaucoup plus dure à atteindre...

    RépondreSupprimer
  3. oui ms peut on encore vraiment parler de style a ce niveau la ? c'est vrai que de nos jours on s'attache plus a la facon dont s'est tourné plus qu'a ce qu'on y écrit vraiment (fond/forme). La forme prime sur tout le reste. Ce qui n'est pas vraiment etonnant car au final ce n'est qu'une facon comme une autre de s'apercevoir que nous ne vivons que dans une societé d'apparence, de codes, qui se soucie plus de la facon dont nous paraissons plus que ce que nous faisons. et ca nous le faisons tous que ce soit naturel ou non, nous ne laissons apercevoir que ce que nous voulons, chacun fait un travail de maitrise de soi pour ne pas laisser transparaitre certains facettes de sa personnalité, notamment les faiblesses de chacun. Mais je m'egare peut etre un peu quand meme la non ton article est bien, c'est interessant et pour dire que oui la poésie, quand elle est bien faite, peut etre tres profonde car a la fois elle permet de faire rever celui qui la lit grace aux figures de style, au style lui meme et a ce qui y est dit c'est beau c'est quand meme pour ca que c'est de l'art ne l'oublions pas, mais aussi elle permet a l'auteur d'etre vrai dans ce qu'il ecrit c'est une part de lui meme qui se retrouve dans ses poemes. d'ou le paradoxe car il utilise des d'artifices dans ses poemes (c'est quand eme pas de la prose on parle pas non plus comme ca tous les jours)

    RépondreSupprimer
  4. "La poésie permet à l'auteur d'être vrai dans ce qu'il écrit, c'est une part de lui-même qui se retrouve dans ses poèmes."

    Exact, et dans les copier/coller de style dont je parle, il n'y a pas ce fond, il n'y a que la forme.

    Le poème de ce billet n'a pas de fond. En tout cas, quand je l'ai écrit, je ne m'en suis pas soucié.

    "Oui, mais peut-on encore vraiment parler de style à ce niveau là ?"

    La fausse poésie est un style : on ne fait que copier des poèmes existants. Une sorte de style architectural. "Oh, il y a des fenêtres rondes, et des tuiles rouges, avec des colonnes de béton ! Je vais faire pareil !"

    Mais avec la vraie poésie, il n'y a pas vraiment de style, dans le sens où il n'est pas franchement saisissable. Les seuls styles qu'on pourrait trouver seraient "le mouvement artistique" et "la façon d'être de l'auteur".

    Ce serait comme en peinture. On dit "un Picasso", un "Van Gogh", etc... Cela qualifie l'auteur du tableau mais aussi le style de peinture. Un style unique au peintre, même si le tableau se classe également dans le cubisme ou dans l'impressionnisme...

    Il y a un style global comme "ceci est un poème surréaliste" qui est complété par le style unique "de Louis Aragon", par exemple.

    RépondreSupprimer