lundi 16 mars 2009

Dao de jing

En ce moment, je me sers du Dao de jing (ou Tao Të King, il y a une kyrielle de romanisation...) comme outil de travail pour écrire une nouvelle. Ce livre très ancien, texte fondateur du taoïsme, reste intéressant, surtout pour un occidental d'aujourd'hui, puisqu'il fournit une vision des choses en opposition directe à la philosophie des Magazines People (je suis allé la chercher loin, celle-là... Pfff...).


Trêve d'inepties, je vous fais part d'un des chapitres :

Trente rayons convergent au moyeu, mais c’est le vide médian qui fait rouler le char.
On façonne l’argile pour en faire des vases, mais c’est du vide interne que dépend leur usage.
Une maison est percée de portes et de fenêtres, c’est encore le vide qui permet l’habitat.

L’Etre donne des possibilités, c’est par le Non-Etre qu’on les utilise.

Chapitre XI, Dao de jing


Aucun commentaire:

Publier un commentaire